Communiqué de Presse du 6/02/2014

Marchés d’accompagnement et de formation : Les mêmes causes produisent (bien sûr) les mêmes effets

(Communiqué de l’Union Régionale des Organismes de Formation d’Ile de France)

Un récent article du journal ‘Le Monde’ décrit sous un jour bien sombre des pratiques et stratégies de certains opérateurs privés de placement.

Il y a deux ans presque jour pour jour l’UROF IDF communiquait sur une situation devenue très préoccupante à bien des égards. Les faits récents ne font malheureusement que confirmer point par point cette première alerte.

Au-delà d’une position morale et éthique que chacun pourra avoir sur les événements relatés par ‘Le Monde’, nous souhaitons aujourd’hui de nouveau attirer l’attention de tous les professionnels et institutions concernés par l’insertion, l’accompagnement et la formation des demandeurs d’emploi sur les conséquences néfastes du format de la commande publique sur les acteurs professionnels et sur les bénéficiaires des prestations.

 MÊMES CAUSES…

–       Des organismes aux ambitions purement mercantiles mettent en œuvre des stratégies qui n’ont comme finalité que la captation rapide de parts de marché à tout prix et dans n’importe quelles conditions.

–       Ces organismes poursuivent à l’évidence des logiques purement financières, bien loin du cœur de leur métier et de ce qui devrait les animer prioritairement : assurer un accompagnement et une  formation de qualité aux publics accueillis.

–       Le code des marchés publics tel qu’appliqué à ces prestations d’insertion professionnelle par les institutions, et notamment Pôle Emploi, rend possible voire même facilite ces stratégies dangereuses d’opérateurs. Ce code permet en effet de remporter des marchés sur de simples engagements à faire, en fait  invérifiables à priori et intenables dans la durée, adossés à des prix cassés assimilables à du dumping.

–       On constate une nette dégradation d’un environnement professionnel dans lequel tous les coups deviennent permis, même les plus bas,  sans que visiblement les règles applicables ne permettent de les éviter.

…MÊMES EFFETS

  • La qualité de l’accompagnement ou de la formation des publics accueillis se ressent inéluctablement de ces mauvaises pratiques : la rentabilité financière comme unique finalité, des engagements à faire irréalistes et un prix trop bas consenti pour obtenir un marché engendrent presque mécaniquement une prestation calibrée au rabais.
  • Les exemples ne manquent pas, de ces opérateurs engagés dans ces pratiques peu scrupuleuses et qui finalement sont liquidés. On s’en réjouirait presque, s’ils n’entraînaient souvent dans leur chute d’autres organismes par effet de domino, multipliant d’autant au passage les emplois détruits.
  • Le dumping commercial à l’œuvre a aussi pour conséquence une déqualification des professionnels de l’accompagnement et de l’insertion, notamment par le non-respect des conventions collectives.

Il n’est pas acceptable que les comportements irresponsables de certains puissent ainsi jeter la suspicion sur tous les organismes et opérateurs.

Dans cette situation l’UROF Ile de France souhaite rappeler les valeurs professionnelles qui la fondent, en premier lieu desquelles le respect des publics accueillis et des engagements pris auprès des financeurs.

Le parlement vient d’adopter en première lecture le projet de loi sur la formation professionnelle. Parmi ses mesures figure la possibilité pour les financeurs d’habiliter des opérateurs dans le cadre d’un SIEG.

L’UROF IDF invite les institutions à se saisir de cette possibilité, qui en conservant une mise en concurrence raisonnée permettra de conjuguer équilibre, éthique et efficacité.

 

 

Comments are Closed