Consultation POLE EMPLOI : Les alertes de l’UROF étaient pleinement justifiées

le 30/03/2012
Fin février dernier, l’Union Régionale des Organismes de Formation d’Ile-de-France faisait paraître un communiqué dénonçant les dérives des marchés publics, à l’occasion des résultats de la dernière consultation lancée par Pôle Emploi.
Les événements survenus depuis ont malheureusement justifié pleinement nos alertes et nos inquiétudes, en validant presque point par point ce que nous écrivions :

– Des organismes attributaires continuent à recruter des conseillers en proposant des contrats précaires et des salaires parfois inférieurs de 25% au minimum conventionnel.
– Les organismes attributaires n’ayant aucune antériorité en Ile-de-France rencontrent évidemment et effectivement à ce jour d’importants problèmes de locaux. Ils ne sont donc pas en conformité avec leurs engagements et ne peuvent pas mettre en œuvre les prestations comme ils le devraient, forcément au détriment final des demandeurs d’emploi, qui attendent de pouvoir bénéficier de ces prestations.
– Toujours plus fort : après ASSOFAC et ALTEANA, c’est au tour de CLAF, un autre mandataire, de déposer une déclaration de cessation de paiement !
– Encore plus fort : ESCCOM, organisme attributaire de plusieurs lots en Ile de France, abandonne ses mandats et se retire des marchés obtenus au profit d’un de ses cotraitants qui va lui-même sous-traiter à un autre organisme !

Une nouvelle fois, l’UROF IDF alerte l’ensemble des acteurs de l’insertion, de l’accompagnement et de la formation professionnelle sur une situation devenue très préoccupante :– Des organismes aux finalités purement mercantiles mettent en œuvre des stratégies irresponsables, à la faveur de marchés publics dont l’application aveugle des règles laisse le champ libre à des pratiques inadmissibles.
– Quelle qualité de prestations peut-on attendre d’organismes incapables d’honorer leurs engagements ? Quelle est la valeur d’un accompagnement proposé par un mandataire qui se retire au profit d’un autre organisme, lequel va sous-traiter à un troisième ? Quel est le contrôle qualité appliqué dans ce cas par le donneur d’ordre ?
– Les conséquences de ces dérives sont graves sur les conditions d’emploi des professionnels de l’orientation et de l’insertion,  par la déqualification et la précarisation qu’elles engendrent.
– Ces conséquences sont aussi évidemment très préoccupantes pour les organismes de formation et d’accompagnement des demandeurs d’emploi ayant fait leurs preuves de longue date sur le territoire francilien et qui sont fortement fragilisés par ces graves dérives.
– Jusqu’à quand les donneurs d’ordre vont-ils continuer à   attribuer des marchés publics de cette façon, sans tenir aucunement compte de la réalité du terrain ?




Comments are Closed